• ACTUALITES MOLDAVIE
  • CULTURE moldavie
  • E-Cartes Postales
  • ECONOMIE moldavie
  • HISTOIRE moldavie
  • INFOS PRATIQUES
  • LIBRAIRIE
  • MOLDAVIE GEO
  • TOURISME moldavie
  • ULTIMELE STIRI
  • VENIR EN FRANCE
  • VIE ASSOCIATIONS
  • WeekEnd cu Tine
  • ACCUEIL > ACTUALITES MOLDAVIE > DEBAT LINGUISTIQUE > Moldavie le GAGAOUZE

    Moldavie le GAGAOUZE



    LECLERC, Jacques. « Gagaouzie » dans L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval, 6 mai 2004,
    http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/europe/moldavie.htm

    L’emploi des langues en Gagaouzie

    Gagaouzie (en rouge)

    La Gagaouzie est une région au sud (dotée d’une autonomie administrative. Il s’agit de l’unité administrative de Gagauz-Yeri (littéralement le « lieu gagaouze ») où vivent presque tous les Gagaouzes du pays. La communauté gagaouze mérite une mention particulière. Les Gagaouzes, qui constituent une communauté turcophone christianisée, sont répartis dans cinq districts (26 villages) situés entre l’Ukraine et la Roumanie au sud du pays.

    Dès l’indépendance de la Moldavie, ils avaient fait sécession et avaient proclamé unilatéralement un république autonome (la « république de Gagaouzie » ou Gagauz-Yeri), sous l’égide du Front gagaouze de Stepan Topal. Le territoire couvre la région immédiate de Komrat et de quelques enclaves vers Vulnanesti.

    Ce territoire de 1831,5 km² compte une population de 172 500 habitants, dont 78,7 % de Gagaouzes, 5,5 % de Bulgares, 5,4 % de Moldaves roumanophones, 5, % de Russes, 4 % d’Ukrainiens, 1,3 % de Tsiganes et diverses autres petites nationalités.

    1. Le statut d’autonomie

    En 1995, le Parlement moldave leur reconnut un statut d’autonomie (par la Loi concernant le statut juridique spécial de la Gagaouzie - Gagaouze-Yeri) au sein de la République, lui donnant le droit de posséder ses propres emblèmes, et de se doter d’une assemblée législative (l’Assemblée de Gagauz-Yeri : Halc Toplosu) et d’organes exécutifs spécifiques. Le gouvernement autonome a juridiction dans plusieurs domaines, notamment les sciences, la culture, l’éducation, les services communs de proximité, les services de santé, les services sociaux, les activités économique locales (budgétaires, financières et fiscales) et l’environnement. Le gouvernement moldave est représenté par un gouverneur considéré comme la fonction officielle personne suprême de Gagaouzie ; celui-ci est élu directement par la population du territoire autonome pour un mandat de quatre ans.

    L’article 1 de la loi accorde des droits collectifs à la minorité gagaouze, mais prévoit aussi un autodétermination qui ne remet pas en question l’intégrité territoriale de la Moldavie. Néanmoins, en cas d’union politique avec la Roumanie, la Gagaouzie aurait théoriquement le droit d’accéder à l’indépendance.

    2. Les langues officielles

    La Loi concernant le statut juridique spécial de la Gagaouzie de 1995 confère à la langue gagaouze le statut de langue officielle, en plus du russe et du moldave, mais l’utilisation d’autres langues (par exemple, le bulgare) est garanti. Le gagaouze est la principale langue de la communication orale au sein de l’unité administrative de Gagaouze-Yeri.Les Gagaouzes s’identifient comme des Moldaves aux traditions particulières et, bien qu’il multiplient les liens avec la Turquie, ils affirment être apparemment satisfaits de pouvoir gérer leurs affaires internes tout en faisant partie de la république de Moldavie.

    Cette région du pays est cependant l’une des plus pauvres. L’agriculture et le secteur industriel sont mal développés. Sous le régime soviétique, le peuple gagaouze était privé d’écoles, sa langue était totalement négligée et le développement culturel laissait grandement à désirer. Cette situation déplorable a suscité une réaction instinctive de rébellion contre toute autorité, y compris celle des Moldaves. Pour certains ce sont ces sentiments qui auraient constitué la base des conflits de 1991.

    Au point de vue juridique, le moldave, le russe et le gagaouze sont les trois langues officielles de la Gagaouzie. Les représentants de l’Assemblée locale utilisent en principe les trois langues, mais dans les faits le russe est omniprésent, suivi du gagaouze, puis du moldave.

    Dans l’Administration locale, le gagaouze reste la langue de communication orale la plus utilisée, avant le russe et le moldave. Entre ethnies différentes, les gens utilisent généralement le russe plutôt que le moldave (ou le gagaouze). Le russe très employé dans les documents écrits, aux dépens du gagaouze et du moldave. En général, l’affichage public est en gagaouze ou bilingue (gagaouze-moldave ou gagaouze-russe). Les Gagaouzes disposent de leur propre réseau d’éducation où la langue d’enseignement est le gagaouze, mais le moldave et le russe sont enseignés en tant que langues seconde. Les Moldaves et les Russes ont également leurs écoles distinctes. Enfin, il existe des médias tant écrits qu’électroniques en gagaouze, mais également en d’autres langues dont le moldave, le russe et le bulgare.




    A LIRE AUSSI ...



    [Ajouter ce site à vos favoris]- [Moldovanet, votre page de démarrage]- [Accueil]- [Mentions légales]- [Plan] - [Home] -
    Copyright © 2004-2007 Moldovanet. All rights reserved.