• ACTUALITES MOLDAVIE
  • CULTURE moldavie
  • E-Cartes Postales
  • ECONOMIE moldavie
  • HISTOIRE moldavie
  • INFOS PRATIQUES
  • LIBRAIRIE
  • MOLDAVIE GEO
  • TOURISME moldavie
  • ULTIMELE STIRI
  • VENIR EN FRANCE
  • VIE ASSOCIATIONS
  • WeekEnd cu Tine
  • ACCUEIL > ECONOMIE moldavie > Apiculture Moldavie

    Apiculture Moldavie



    Le goût du miel en Moldavie

    L’image de la "Moldavie florissante" butinée par des abeilles va t-elle disparaître ? En effet, jusqu’aux années 1990 presque tous les kolkhozes ou les fermes publiques de la république de Moldavie avaient leurs propres ruchers et le nombre de d’essaims a atteint les 200 mille. Pourtant, les difficultés économiques ont eu un effet négatif pas seulement dans des branches stratégiques de l’économie nationale, mais aussi dans l’apiculture. Par conséquent, le nombre d’essaims, ainsi que la production de miel a diminué considérablement.

    Selon les données fournies par l’Association nationale d’Apiculteurs le nombre de d’essaims a recommencé à grandir et s’est élevé à 85 mille cette année. Il faut dire en passant que ce calcul est approximatif puisque le recensement est approximatif. Le fait est que les fermiers privés, impliqués dans la production de miel est instable. Tant les experts de l’Agence nationale pour les Consultations que les Études dans l’Agriculture (ACSA) et ceux de l’Association nationale d’Apiculteurs estime que la Moldavie est capable de posséder six fois plus d’essaims et de produire plus de 10 mille tonnes de miel annuellement. En 2003, par exemple, la Moldavie a produit 2,18 mille tonnes de miel. 1,55 mille tonnes ou 71 % du miel produit ont été exportés aux Etats-Unis, l’Allemagne et l’Italie. On estime que la Moldavie pourrait produire et exporter pas moins de 5 mille tonnes chaque année.

    Toutes ces difficultés s’ expliquent. Avant tout, le développement lent de l’apiculture est du à un manque de marchés pour vendre des produits finis. Ou plutôt le marché existe mais la voie est épineuse et difficile pour les apiculteurs Moldaves. En outre, l’apiculture a besoin de soutien public aussi bien que des investissements étrangers pour se développer.

    Andrei Zagareanu, le président de l’Association nationale d’Apiculteurs, a déclaré que pour exporter la Moldavie doit s’équiper d’une structure attestant de la qualité du miel de Moldavie. L’examen primaire du miel de Moldavie destiné à l’exportation est accompli à Bucarest (Roumanie) et il coûte 80 euros. En Allemagne un examen complet pour l’exportation de miel coûte 300 euros. "C’est très cher et désavantageux pour les apiculteurs Moldaves," nous a dit Andrei Zagareanu, "et un tel état de choses crée des obstacles pour exporter."

    Les producteurs locaux estiment que pour établir des livraisons d’exportation de miel Moldave aux marchés étrangers il est extrêmement important de créer un laboratoire spécialement équipé pour accomplir un examen complet du produit. Si les apiculteurs avaient une chance de recevoir les résultats finaux de l’examen ici en Moldavie le volume d’exportation de miel augmenterait probablement considérablement. Pourtant, les apiculteurs de Moldavie admettent le fait qu’ils sont responsables aussi des exportations invisibles. Le point est que la plupart d’entre eux travaillent toujours conformément à de vieilles méthodes en utilisant des antibiotiques ainsi que des mesures préventives pour le traitement de différentes maladies des abeilles. Il est assez clair que les normes rigoureuses existantes dans l’Union Européenne excluent au miel Moldave la possibilité de rivaliser sur les marchés étrangers. Pour produire des produits écologiquement propres il faudrait travailler avec les extraits obtenus du matériel naturel sans utiliser n’importe quels produits chimiques.

    La conclusion est que les apiculteurs Moldaves doivent changer leurs méthodes de production pour survivre et se développer rapidement. Le niveau de consommation du miel parmi la population de la Moldavie est très bas. Le citoyen moyen de la république consomme 20-40 g de miel durant une année pendant que, par exemple, le citoyen moyen de l’Allemagne mange 2-3 kg par an. Si nous augmentons la consommation de miel à l’intérieur du pays nous installerons les conditions de son développement.

    L’Association nationale d’Apiculteurs suggère qu’une campagne de publicité devrait être lancée en Moldavie pour habituer les gens au fait de consommer plus de miel. Mais l’argent est nécessaire pour le faire et l’association ne l’a pas. Les apiculteurs croient que leur branche se développera trop lentement sans soutien public. "L’équipement et les préparations pour garder les abeilles ne sont pas produits dans la République de la Moldavie et nous devons les importer. Nous n’avons pas aussi de normes juridiques spéciales pour réguler l’activité et la protection d’apiculteurs", maintiennent les membres d’associations.

    Et de plus, toutes sortes d’obstacles sont mis à l’apiculture. Pour produire du miel, les producteurs prennent des abeilles aux forêts pendant la floraison ou aux champs (le tournesol, le sarrasin, le seigle). Mais pour une ruche basée en forêt, au moins 15 lei doivent être payés. Dans un certain nombre de pays, les producteurs reçoivent des dividendes pour utiliser des abeilles de pollinisation, mais en Moldavie c’est le contraire, alors que les abeilles augmentent la production de 30 % d’un hectare. "Je ne comprends pas comment la direction du pays, un pays agraire, ne réalise pas l’avantage de la grande aide qui peut être donnée par les abeilles", dit Andrei Zagareanu.

    Pour changer la situation, l’association a développé un projet de loi il y a presque deux ans. Pourtant, il est resté au Ministère de l’Agriculture et il n’a toujours pas été examiné par le gouvernement et le parlement. À ce propos, les législateurs de Gagaouzie se sont avérés être plus rapides à cet égard : la Loi sur l’Apiculture fonctionne déjà, et même un jour férié professionnel - le Jour de l’Apiculteur (le deuxième dimanche d’août) a été établi dans cette région.

    L’objectif principal de ce projet Apiculture Moldovan est de protéger le producteur et le marché local. (Le miel et les dérivés importés de l’Ukraine, la Roumanie et même l’Italie sont vendus en Moldavie à présent). Aussi, la loi envisage l’expansion de l’utilisation dans les produits pharmaceutiques de dérivés d’apiculture qui ne sont pratiquement pas traités en Moldavie.

    Une exposition sur l’apiculture aura lieu à Chisinau du 19 au 21 août 2005
    Adresse : Piata Marei Adunari Nationale, Parcul din str.Pushkin




    [Ajouter ce site à vos favoris]- [Moldovanet, votre page de démarrage]- [Accueil]- [Mentions légales]- [Plan] - [Home] -
    Copyright © 2004-2007 Moldovanet. All rights reserved.