• ACTUALITES MOLDAVIE
  • CULTURE moldavie
  • E-Cartes Postales
  • ECONOMIE moldavie
  • HISTOIRE moldavie
  • INFOS PRATIQUES
  • LIBRAIRIE
  • MOLDAVIE GEO
  • TOURISME moldavie
  • ULTIMELE STIRI
  • VENIR EN FRANCE
  • VIE ASSOCIATIONS
  • WeekEnd cu Tine

  • Google
    ACCUEIL > ACTUALITES MOLDAVIE > LA GAGAOUZIE > Moldavie La Gagaouzie

    Moldavie La Gagaouzie



    4.5 Les médias

    Selon la société d’État Téléradio Moldova, à côté des programmes en langue officielle (65 % du temps d’antenne) des programmes dans les langues des minorités nationales sont déjà diffusés depuis seize ans. En 2002, les temps d’antenne étaient les suivants : en ukrainien (30 heures), en gagaouze (24 heures), en bulgare (22 heures), en russe (12 heures), en yiddish (6 heures) et en tsigane (6 heures). Les émissions de la radio ukrainienne Ykr-1, 1+1, ainsi que les émissions en ukrainien de la radio de Tiraspol et d’Odessa, sont retransmises en Moldavie. Dans les régions d’implantation dense de Gagaouzes et de Bulgares (à Comrat, Taraclia, Ciadâr-Lunga, Tvardita), des émetteurs locaux et privés de télévision et de radio diffusent également en gagaouze et en bulgare.

    En Gagaouzie, on compte quatre journaux en gagaouze (Ana sosu, Gagaz sesi, Hal Birlii et Acic goz) et deux magazines (Sabaa yildizi et Gunescik) ; deux autres magazines (Gagouz et Kirlangac) sont publiés par les Gagaouzes de Chisinau.

    La politique linguistique de la Gagaouzie, à l’exemple de la plupart des États non souverains, est soumise à des contraintes extérieures. Cette politique ne peut restreindre les droits ni des Moldaves, ni des Russes, ni des Bulgares, etc. C’est une politique de valorisation de la langue locale (gagaouze) tout en s’appuyant sur le multilinguisme imposé par l’État moldave, mais aussi par les circonstances tant historiques que territoriales. Au point de vue juridique et constitutionnel, la Gagaouzie ne peut ignorer ni le moldave ni le russe ; elle doit aussi promouvoir et protéger les langues des autres minorités. Le problème fondamental, c’est que le petit État gagaouze ne dispose que de moyens financiers fort modestes pour mener à bien cette politique.Bref, il reste beaucoup de chemin à parcourir, mais les Gagaouzes peuvent compter sur l’appui des autorités moldaves qui, en ce moment, ne peuvent pas faire grand-chose. La Moldavie demeure l’un des pays les plus pauvres d’Europe.

    Dernière révision : 06 mai, 2004

    Bibliographie

    CONGRÈS DES POUVOIRS LOCAUX ET RÉGIONAUX DU CONSEIL DE L’EUROPE. Rapport intérimaire sur la situation de l’autonomie locale et régionale en République de Moldova, Strasbourg, le 10 février 1998, 4e Session (Strasbourg, 3-5 juin 1997), Rapport de monitoring 1997 CG (4) 20 Partie II.

    DEMIAN, Angela. « La république de Moldova à la croisée des chemins » dans Synthèse de la Fondation Robert Schuman, no 33.

    GOUVERNEMENT DE LA MOLDAVIE. Rapport soumis par la république de Moldova en vertu de l’article 25, paragraphe 1, de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, Chisinau, 29 juin 2000.

    HAGÈGE, Claude. Le souffle de la langue, Paris, Éditions Odile Jacob, coll. "Opus", 1994, 288 p.

    HARO, Florent. « Les Gagaouzes » dans Regard sur l’Est, no 14, mars-avril 1999, _ [1].

    KING, Charles. « Politique panroumaine et identité moldave » dans Balkanologie, vol. I, no 1, juillet 1997.

    KOVÀCS, Péter. « Les traités bilatéraux conclus par les pays de l’Europe centrale et orientale pour la protection des minorités » dans Terminogramme - La protection internationale des minorités linguistiques, Saint-Laurent (Québec), no 95-96, sous la direction de José Woehrling, Les Publications du Québec, 2001, p. 201-215.

    MOLDOVANU, G. La situation linguistique en république de Moldavie, sans date, Année européenne des langues 2001, _ [2].

    NISSLER, Diana. « Language in Moldova - observations in streets and houses in the Republic of Moldova », Hambourg, _ [3].

    ORGANISATION DES NATIONS UNIES. Quatrièmes rapports périodiques que les États parties devaient présenter en 1994, Genève, Comité des droits de l’homme, CCPR/Add. 12, 12 août 2000.

    ORGANISATION DES NATIONS UNIES. Le comité pour l’élimination de la discrimination raciale entame l’examen du rapport de la république de Moldavie, Genève, CERD, 60e session, 11 mars 2002.

    SÜTO, András. « Pour ne pas rougir de honte » dans Nuit blanche, Québec, no 70, mars 1998, p. 33-35.

    TOMIUC, Eugen. « Moldova : Education Officials Introduce Russian As Mandatory Foreign Language », sans lieu, Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc., _ [4].

    YACOUB, Joseph. Les minorités. Quelle protection ?, Paris, Desclée de Brouwer, 1995, 398 p.

    YACOUB, Joseph. « L’Europe orientale » dans Les minorités dans le monde, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, p. 414-425.

    [1] http://www.regard-est.com/Revue/Numero14/Gagaouzes.htm->http://www.regard-est.com/Revue/Numero14/Gagaouzes.htm

    [2] http://www.courrier.org.md/15/p4.htm->http://www.courrier.org.md/15/p4.htm

    [3] http://student.org.uni-hamburg.de/AEGEE/CST-MOLD/a_dia.html->http://student.org.uni-hamburg.de/AEGEE/CST-MOLD/a_dia.html

    [4] http://www.rferl.org/nca/features/2001/12/21122001104851.asp->http://www.rferl.org/nca/features/2001/12/21122001104851.asp




    [Ajouter ce site à vos favoris]- [Moldovanet, votre page de démarrage]- [Accueil]- [Mentions légales]- [Plan] - [Home] -
    Copyright © 2004-2007 Moldovanet. All rights reserved.