• ACTUALITES MOLDAVIE
  • CULTURE moldavie
  • E-Cartes Postales
  • ECONOMIE moldavie
  • HISTOIRE moldavie
  • INFOS PRATIQUES
  • LIBRAIRIE
  • MOLDAVIE GEO
  • TOURISME moldavie
  • ULTIMELE STIRI
  • VENIR EN FRANCE
  • VIE ASSOCIATIONS
  • WeekEnd cu Tine
  • ACCUEIL > ACTUALITES MOLDAVIE > LA GAGAOUZIE > Moldavie La Gagaouzie

    Moldavie La Gagaouzie



    3.3 L’indépendance de la Moldavie et l’autonomie régionale

    Aussitôt, les minorités gagaouze et russophone, craignant une union avec la Roumanie, réclamèrent l’autonomie de leurs régions. Une guerre civile éclata dans la république de Transnistrie entre les forces armées moldaves et les russophones ; ces derniers étaient appuyés par des contingents de cosaques et surtout par la 14e armée russe. En 1992, le président moldave (Mircea Snegur) autorisa une intervention armée contre les rebelles gagaouzes, mais la déconfiture de l’armée moldave en Transnistrie permit d’éviter une répression sanglante en Gagaouzie. Les conflits s’achevèrent avec la conclusion d’un accord à Moscou, prévoyant l’autodétermination de la Transnistrie et de la Gagaouzie, dans l’éventualité d’une union avec la Roumanie.

    En mars 1994, un référendum trancha en faveur de l’indépendance de la Moldavie dans ses frontières de 1990, c’est-à-dire comprenant la Transnistrie et la Gagaouzie, et contre la fusion avec la Roumanie. La même année, une nouvelle Constitution fut proclamée, garantissant l’autonomie de la Gagaouzie et de la Transnistrie. L’autonomie de la Gagaouzie fut adoptée par le Parlement moldave, le 28 décembre 1994 : ce fut la Loi fixant le statut spécial de la Gagauzie/Gagauz-Yeri (no 344-XIII). Cette même loi, entrée en vigueur le 14 janvier 1995, permettait aux Gagaouzes de faire sécession en cas de réunification de la Moldavie avec la Roumanie, et conférait à la langue gagaouze le statut de langue officielle, en plus du russe et du moldave. D’après l’article 1 de la loi : « La Gagaouzie est une entité territoriale autonome avec un statut spécial [...] formant partie intégrante de la république de Moldavie. » Le statut de 1994, confirmé par une consultation électorale en mars 1995, a été négocié grâce à la médiation de la Turquie. On considère que ce statut a résolu le problème politique de la Gagaouzie, même s’il subsiste des problèmes économiques qui sont jugés différemment par le gouvernent moldave et par les autorités régionales. En 1998, un projet de constitution gagaouze a été soumis aux experts du Conseil de l’Europe par le président de l’Assemblée régionale.

    Depuis, la situation économique des Gagaouzes ne s’est pas améliorée, leur région demeurant l’une des plus pauvres du pays ; l’agriculture et le secteur industriel sont mal développés. Cependant, les Gagaouzes ont su non seulement éviter un bain de sang, mais surtout faire entendre leur voix auprès des autorités moldaves. Leurs institutions fonctionnent relativement bien et ne rencontrent pas de réelles oppositions de la part des Moldaves qui respectent l’autonomie gagaouze. Les Gagaouzes s’identifient aujourd’hui comme des Moldaves aux traditions particulières et, bien qu’ils multiplient les liens avec la Turquie, ils semblent être apparemment satisfaits de pouvoir gérer leurs affaires internes tout en faisant partie de la république de Moldavie ; cela dit, le mouvement sécessionniste gagaouze n’est pas totalement disparu. Évidemment, les autorités gagaouzes ne voient pas les difficultés de la même façon que les autorités moldaves. L’article 12 du statut d’autonomie accorde à l’Assemblée de Gagaouzie un pouvoir législatif portant sur une série importante de compétences définies de manière très générale comme la culture, l’éducation, la santé publique, le sport, l’économie, l’écologie, les budgets locaux, etc. Le statut précise que l’Assemblée est habilitée à adopter une « législation locale », ce qui laisserait penser qu’il s’agit de compétences partagées. Les risques de conflit subsistent.

    4 La politique linguistique
    La Loi concernant le statut juridique spécial de la Gagaouzie de 1995 confère à la langue gagaouze le statut de langue officielle, en plus du russe et du moldave, mais l’utilisation d’autres langues (par exemple, le bulgare) est garanti. Le gagaouze est la principale langue de la communication orale au sein de l’unité administrative de Gagaouze-Yeri.Voici comment se lit l’article 15 de la Loi fondamentale de la Gagaouzie (1998), un document non reconnu par la Moldavie :

    Article 15

    1) Les langues officielles de la Gagaouzie sont le gagaouze, le moldave et le russe.

    2) Le gagaouze utilise l’alphabet latin et est le fondement de la conscience nationale du peuple gagaouze. Sa renaissance, sa préservation, son développement et son extension sont des tâches prioritaires des autorités gagaouzes (« de la Gagaouzie »).

    3) La Gagaouzie reconnaît et garantit la préservation et le développement sur un pied d’égalité des langues et de la culture de toutes les nationalités vivant sur son territoire et leur offre des possibilités de libre développement.




    [Ajouter ce site à vos favoris]- [Moldovanet, votre page de démarrage]- [Accueil]- [Mentions légales]- [Plan] - [Home] -
    Copyright © 2004-2007 Moldovanet. All rights reserved.