• ACTUALITES MOLDAVIE
  • CULTURE moldavie
  • E-Cartes Postales
  • ECONOMIE moldavie
  • HISTOIRE moldavie
  • INFOS PRATIQUES
  • LIBRAIRIE
  • MOLDAVIE GEO
  • TOURISME moldavie
  • ULTIMELE STIRI
  • VENIR EN FRANCE
  • VIE ASSOCIATIONS
  • WeekEnd cu Tine

  • Google
    ACCUEIL > ACTUALITES MOLDAVIE > LA GAGAOUZIE > Moldavie La Gagaouzie

    Moldavie La Gagaouzie



    3 Données historiques

    Les Gagaouzes entrèrent dans l’histoire au cours du XIIIe siècle dans la région de Varna, en Bulgarie. Ce sont des descendants des Oghouz turcophones. Ces derniers étaient à l’origine répartis en neuf clans, les Tokuz Oghouz (« Neuf Oghouz »), divisés en 24 tribus issues des six fils d’Oghouz Khagan : Kün (« Soleil »), Ay (« Lune »), Yildiz (« Étoile »), Kök (« Lac »), Tag (« Montagne ») et Tengiz (« Mer »), dirigeant chacun un groupe de quatre tribus qui se référaient à chacun à un totem clanique (rapace, animal sacré, nourriture particulière ou signe sacré). Au cours des siècles, les tribus oghouzes, sans jamais abandonner complètement leur ancestrale religion chamanique, devinrent adeptes du manichéisme, du nestorianisme, du bouddhisme et enfin, de l’islam, avant d’être christianisés au contact des Russes. Les Oghouz qui conservèrent leur foi islamique furent dès lors connus sous le nom de Turkmènes, cousins des Azéris et des Turcs de Turquie.

    3.1 Une république indépendante

    Après la chute de Constantinople (1299), les Oghouz christianisés auraient fui l’invasion turque, car les Turcs les menaçaient de leur imposer la religion musulmane. Durant le Moyen Âge, ils se seraient réfugiés, avec des Bulgares, dans une zone de 200 km le long de la mer Noire et de la mer Caspienne, principalement en Roumanie, puis en Bulgarie. Ils fondèrent une république du nom d’un de leurs chefs appelé Kay-Ka’us. On parlait alors de l’État des Kay-Ka’us, qui devint par glissement sémantique les Gagauz ou en français Gagaouzes. Ces derniers se convertirent à la religion grecque orthodoxe bulgare et la majorité d’entre eux restèrent fidèles au patriarche de Constantinople après l’invasion ottomane conduite par Bayasid Ier en 1398, une invasion qui mit fin à la seule entité politique durable que les Gagaouzes aient connue au cours de leur histoire.

    3.2 L’intégration à la Russie et à l’URSS

    Les Gagaouzes furent ensuite intégrés dans l’ancienne principauté de Moldavie, qui demeura sous la suzeraineté turque, avant d’être annexée par la Russie au moment de la guerre russo-turque (1877-1878). L’histoire des Gagaouzes se confondit à celle de la Roumanie et de la Moldavie. À cette époque, en Gagaouzie, les taux d’analphabétisme étaient de 88 % pour les hommes et de 98 % pour les femmes. En 1918, une partie de la Moldavie fut rattachée à la Roumanie, puis l’Union soviétique créa, en octobre 1924, la République socialiste soviétique autonome moldave. Au cours des des années trente, l’administration roumaine tenta d’imposer aux Gagaouzes, sans grand succès, l’adoption de l’alphabet latin, en remplacement de l’alphabet grec qu’ils utilisaient jusqu’alors.

    En juin 1940, l’URSS annexa la partie moldave qui était alors sous autorité roumaine. En juin 1941, suite à l’attaque nazie en URSS, la Moldavie fut à nouveau rattachée à la Roumanie avant d’être sous contrôle soviétique en août 1944. Quelques années plus tard, en 1947, la République socialiste soviétique moldave fut reconstituée. Une intense russification s’ensuivit, ce qui toucha autant les Moldaves que les Gagaouzes ; les deux peuples utilisèrent, dès 1957, l’alphabet cyrillique russe pour écrire leur langue. Sous le régime soviétique, le peuple gagaouze fut privé d’écoles, sa langue fut totalement négligée et le développement culturel fut laissé pour compte. Cette situation déplorable a suscité une réaction instinctive de rébellion contre toute autorité, y compris celle des Moldaves. C’est seulement à la fin des années soixante que l’enseignement du gagaouze fut introduit en Moldavie.

    La fin des années quatre-vingt vit émerger quelques groupes moldaves favorables à une indépendance nationale, culturelle et politique. En juin 1990, le Parlement moldave vota une déclaration de souveraineté instaurant la primauté de la Constitution moldave sur tout le territoire, ce qui incluait la Gagaouzie. Lorsque le Parlement moldave adopta l’utilisation du moldave (roumain) comme seule langue officielle de la Moldavie, les Gagaouzes exprimèrent leur mécontentement. Il faut comprendre qu’ils s’exprimaient, outre en gagaouze, généralement en russe (75 % d’entre eux le parlaient couramment), mais certainement pas en moldave. Sous l’impulsion de Stepan Topal, le Front gagaouze commença à émerger ; les Gagaouzes fondèrent, le 19août 1990, une République socialiste soviétique de Gagaouzie autour de la ville de Komrat. Peu de temps après, le 27 août 1991, l’indépendance de la Moldavie fut aussi proclamée.




    [Ajouter ce site à vos favoris]- [Moldovanet, votre page de démarrage]- [Accueil]- [Mentions légales]- [Plan] - [Home] -
    Copyright © 2004-2007 Moldovanet. All rights reserved.