• ACTUALITES MOLDAVIE
  • CULTURE moldavie
  • E-Cartes Postales
  • ECONOMIE moldavie
  • HISTOIRE moldavie
  • INFOS PRATIQUES
  • LIBRAIRIE
  • MOLDAVIE GEO
  • TOURISME moldavie
  • ULTIMELE STIRI
  • VENIR EN FRANCE
  • VIE ASSOCIATIONS
  • WeekEnd cu Tine
  • ACCUEIL > ACTUALITES MOLDAVIE > DEBAT LINGUISTIQUE > LIMBA NOASTRA. Notre langue

    LIMBA NOASTRA. Notre langue


    LIMBA NOASTRA

    Le 31 août est un jour férié en Moldavie c’est « Limba Noastra », le jour de la langue. Mais quelle langue ? La langue moldave n’existe pas. La majorité des Moldaves sont d’origine roumaine et ils parlent donc le roumain. Pour des raisons partisanes, les politiques utilisent le débat linguistique entre les communautés qui vivent en Moldavie. Pendant la période soviétique le roumain, langue latine, comme le français, le catalan, l’italien ... s’est écrit en cyrillique. D’où la confusion, entretenue, de langue moldave différente du roumain. Pour mieux comprendre la situation linguistique compliquée de la Moldavie, voici l’article de Jacques Leclerc :


    4 Les dispositions constitutionnelles
    La Constitution de la république de Moldavie a été adoptée le 29 juillet 1994. L’article 13 reste l’article fondamental en matière de langue. Voici ces dispositions énumérées en quatre paragraphes :

    Article 13

    1) La langue officielle de la République est la langue moldave utilisant l’alphabet latin.
    2) L’État reconnaît et protège le droit à la conservation, au développement et à l’utilisation de la langue russe et des autres langues sur le territoire du pays.
    3) L’État facilite l’étude des langues d’usage international.
    4) Le mode de fonctionnement des langues sur le territoire de la république de Moldavie est déterminé par la loi organique.

    Si la langue officielle est le moldave, le russe demeure une langue constitutionnellement protégée et incontournable. Soulignons également que la Constitution n’oblige pas les citoyens moldaves à connaître la langue moldave. D’ailleurs, l’article 10 garantit à tous les citoyens le droit de conserver, de développer et d’exprimer leur identité linguistique :

    Article 10

    1) L’État a pour fondement l’unité du peuple de la République. La république de Moldavie est la patrie commune et indivisible de tous ses citoyens.
    2) L’État reconnaît et garantit à tous les citoyens le droit de conserver, de développer et d’exprimer leur identité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse.

    Pour ce qui est de l’éducation, plusieurs paragraphes (art. 35) sont prévus :

    Article 35

    1) Le droit à l’instruction est assuré par l’enseignement général obligatoire, par l’enseignement secondaire et par l’enseignement professionnel, par l’enseignement supérieur, ainsi que par d’autres formes d’instruction et de perfectionnement.
    2) L’État garantit le droit, dans les conditions prévues par la loi, de choisir la langue d’éducation et d’instruction.
    3) L’étude de la langue officielle est assurée dans les établissements d’enseignement de tous les degrés.
    4) L’enseignement public est gratuit.
    5) Les établissements d’enseignement, y compris les établissements n’appartenant pas à l’État, sont constituées et exercent leur activité dans les conditions fixées par la loi.
    6) Les établissements d’enseignement supérieur jouissent du droit à l’autonomie.
    7) L’enseignement au lycée, professionnel et celui supérieur public, est accessible pour tout le monde, selon les mérites de chacun.
    8) L’État assure dans les conditions déterminées par la loi, la liberté de l’enseignement religieux. L’enseignement public est laïc.
    9) Le droit prioritaire de choisir le domaine d’instruction de leurs enfants revient aux parents.

    L’article 118 est consacré à la langue de la procédure judiciaire et au droit à un interprète :

    Article 118

    1) La procédure judiciaire se déroule en langue moldave.
    2) Les personnes qui ne comprennent ou ne parlent pas la langue moldave ont droit de prendre connaissance de tous les actes et les documents du dossier, de parler par l’intermédiaire d’un interprète.
    3) Dans les conditions prévues par la loi, la procédure judiciaire peut également se dérouler dans une langue connue par la majorité des personnes qui participent au procès.

    Enfin, l’article 78 prévoit notamment que, pour être élu président de la République, tout citoyen moldave doit parler « couramment la langue officielle ».

    Cette Constitution ne fait pas l’affaire de tous les Moldaves. Les autorités envisagent de l’abroger et d’en adopter une nouvelle. Il semble que les dispositions constitutionnelles actuelles laissent encore trop de place au russe et interdisent toute union avec la Roumanie. La loi fondamentale du pays n’oblige même pas les citoyens à connaître la langue officielle.




    A LIRE AUSSI ...



    [Ajouter ce site à vos favoris]- [Moldovanet, votre page de démarrage]- [Accueil]- [Mentions légales]- [Plan] - [Home] -
    Copyright © 2004-2007 Moldovanet. All rights reserved.