• ACTUALITES MOLDAVIE
  • CULTURE moldavie
  • E-Cartes Postales
  • ECONOMIE moldavie
  • HISTOIRE moldavie
  • INFOS PRATIQUES
  • LIBRAIRIE
  • MOLDAVIE GEO
  • TOURISME moldavie
  • ULTIMELE STIRI
  • VENIR EN FRANCE
  • VIE ASSOCIATIONS
  • WeekEnd cu Tine

  • Google
    ACCUEIL > CULTURE moldavie > LITTERATURE MOLDAVIE > Poésie Benjamin Fondane

    Poésie Benjamin Fondane



    B. Fundoianu - "Charme Dangereux", p1

    1898 : Naissance de Benjamin Wechsler à Iasi (Moldavie) le 14 novembre. Fils d’Isaac Wechsler et d’Adela Schwarzfeld. Benjamin était le cadet de la famille ; il avait une sœur aînée : Lina, et une sœur puînée : Rodica. Isaac Wechsler était un commerçant dont les parents étaient originaires de Hert za, bourgade située dans le nord de la Moldavie. Adela Schwarzfeld appartenait à une éminente famille d’intellectuels juifs. Son père, Benjamin Schwarzfeld, originaire de Galicie, pédagogue et hébraïsant, créa la première école juive à Iasi. Les frères d’Adela : Elias, Moses et Wilhelm étaient des érudits notoires. Elias Schwarzfeld écrivit une Histoire des Juifs de Roumanie.

    1912 : Encore lycéen, il publie dans la revue Valuri (Iasi) sous le pseudonyme de B. Fundoianu.

    1917 Février : son père meurt victime du typhus exanthématique à l’ âge de 52 ans. Année d’intense création poétique (cycle “Hertza”).
    Fait la connaissance du poète symboliste Ion Minulescu qui l’estime et l’encourage. D’autre part Gala Galaction patronne les débuts du jeune B. Fundoianu dans la presse littéraire.

    1919 : Quitte Iasi pour s’installer à Bucarest. Passe le baccalauréat au lycée “Matei Basarab” (Bucarest) et s’inscrit à la faculté de Droit à Iasi. Il abandonne ses études au bout de trois ans. Correcteur auprès du périodique sioniste Mântuirea, dirigé par A. L. Zissu ; collaboration fréquente aux revues Umanitatea, Rampa, Adevarul literar si artistic, Contimporanul, Sburatorul literar.
    Il est très actif dans les groupes d’avant-garde de Bucarest, entouré de Ion Vinea, Stefan Roll, Ilarie Voronca, Sasa Pana, F. Brunea-Fox, Marcel Iancu, M. H. Maxy, Iosif Ross.

    1921 : Publie un volume d’essais consacrés à des auteurs français : Images et Livres de France. Sa préface, où il affirme la totale dépendance de la littérature roumaine à l’égard de la littérature française, suscite de vives critiques. (Une note sur la page de garde annonce un autre volume : Images et Livres roumains, qui ne paraîtra jamais.)

    1922 : Fonde le théâtre d’avant-garde “Insula” (“L’île”), inspiré par le théâtre de Jacques Copeau, en collaboration avec sa sœur aînée, Line qui était actrice, et son beau-frère Armand Pascal, metteur en scène.
    Écrit une version roumaine du Festin de Balthazar, et probablement aussi de Philoctète.

    Décembre 1923 : départ pour Paris.
    Premier domicile parisien : rue des Saints-Pères, dans l’appartement de Remy de Gourmont, où il remplit l’office de gardien et de bibliothécaire . rencontre de Léon Chestov chez Jules de Gaultier.
    Arrivée à Paris de sa sœur Line et de son beau-frère Armand Pascal, qui travaille avec Gaston Baty.

    1925 Mars :création de la revue d’avant-garde Integral, dirigée par F. Brunea-Fox à Bucarest. Fondane et Voronca assument la rédaction parisienne de la revue. Fondane y publie de nombreux articles (sur René Clair, J. Cocteau, J. Delteil, J. Copeau) en français. Il publie aussi des articles en roumain (signés Fundoianu ) ainsi que des poèmes roumains écrits avant 1923. En Mai il publie “Exercice de français”, premier poème connu en langue française, dans Contîmporanul.

    Avril : Interview de Tzara par Fondane et Voronca dans Integral.

    Juin-Juillet : No spécial sur le surréalisme français et roumain : éditorial de Fondane ; textes de Max Jacob, Tzara, G. Ribemont-Dessaignes, J. Delteil, P. Reverdy, P. Dermée, ...
    Trois poèmes en langue française : “S.O.S.”, “ A Madame Sonia Delaunay” et “Scènes de la vie des Lapons” (fragment d’un manuscrit intitulé : “ Projet Ulysse1927”) .

    1928 : Fondane se rapproche du groupe Discontinuité, animé par Claude Sernet et Arthur Adamov, et publie dans la revue Discontinuité, son poème “Le regard de l’absent”.
    Collabore à la nouvelle revue Unu (Bucarest) , dirigée par Sasa Pana.

    Avril : sortie de son premier livre en français : Trois scenarii. Cinépoèmes (Documents de l’esprit nouveau), illustré d’une photo de Man Ray.
    La confession d’un candélabre de L. Zissu, contes hassidiques traduits du roumain et préfacés par Fondane(Paris, Picart).

    Septembre : conférence à la Faculté des Lettres de Buenos-Aires : “Léon Chestov et la lutte contre les évidences”.
    “Presentacion de filmos puros” dans Sintesis III.
    “Constantin Brancusi” dans Cahiers de l’Etoile.

    1930 Février : termine une première version de Rimbaud le voyou, dont le manuscrit est refusé par Gallimard.
    Unu No22 “Poésie pure : de P. Valéry à T. Tzara”.
    Publication de Privelisti (Paysages) à Bucarest : poèmes écrits entre1917 et1923.
    Fait la connaissance d’A. Artaud, dont il apprécie le théâtre.

    Mai : “Marc Chagall” (en roumain) dans la revue Adam.
    Fragments d’Ulysse dans Commerce.
    Collaboration aux Cahiers de l’Étoile.

    1931 Juillet : Fondane épouse Geneviève Tissier le 28 juillet.
    Collaboration à Unu, où il publie des fragments d’Ulysse.
    Collaboration à Sur, revue fondée par Victoria Ocampo.
    Prend contact avec les Cahiers du Sud, par l’intermédiaire de J. Bousquet.

    1932 : Collabore au Journal des Poètes, que L.P. Flouquet vient de fonder à Bruxelles en1931. En mars Fondane y publie une anthologie de poésie roumaine ainsi que des fragments d’Ulysse.
    Juin : Commence à collaborer aux Cahiers du Sud avec un article sur Heidegger : “Sur la route de Dostoïevski : Martin Heidegger” (le même texte paraîtra en espagnol dans Sur).
    Travaille au Festin de Balthazar, dont la première version en langue roumaine remonte à 1922.
    Il travaille aussi à Philoctète ainsi qu’à une première version du poème qui deviendra L’Exode.

    1933 : Publication de Rimbaud le voyou chez Denoël.
    Publication d’Ulysse aux Cahiers du Journal des Poètes(Bruxelles).
    Collaboration aux Cahiers du Sud : deux articles sur Kierkegaard, un extrait de Rimbaud le voyou, des textes sur le Gogol de Boris de Schloezer, sur l’Ulysse dans la Cité de Voronca ; collabore au Cahier bleu  : “A propos de l’Église de M. Céline” et “Lever de rideau” ; aux Cahiers jaunes : “Cinéma 33” ; et à Documents 33 (Bruxelles) : un fragment de Rimbaud le voyou et “Réponse à une enquête sur le cinéma soviétique”.

    Été : tournage du film Rapt en Suisse avec Dimitri Kirsanoff. (Fondane avait adapté pour l’écran le roman de Ramuz : La séparation des races.)
    Collaboration aux Cahiers du Sud(“Chestov, Kierkegaard et le serpent”, “Une politique de l’esprit : le premier congrès des écrivains de l’U.R.S.S.”...) ; au Cahier bleu (textes sur Gide et Poe) aux Cahiers juifs (“Chagall” et “Proverbes”) ; à Viata Studenteasca, revue d’étudiants roumains publiée à Paris (“Appel aux étudiants” : “Demain , dans les camps de concentration , il sera trop tard.”)

    1934 Printemps : rencontre de Martin Buber chez Chestov. La discussion porta sur les événements allemands et européens, sur Hitler, le fascisme et le communisme, ainsi que le"serpent"de la Bible.

    1936 : Publication de la Conscience malheureuse chez Denoël : essais consacrés à Chestov, Husserl, Heidegger, Bergson, Gide, Kierkegaard, ...
    Collaboration aux Cahiers du Sud , à Sur, à Schweitzer Annales, à La Revue juive de Genève (“Léon Chestov à la recherche du judaïsme perdu”).

    1937 : Publication du poème Titanic aux Cahiers du Journal des Poètes (Bruxelles).
    Collabore aux Cahiers du Sud, à Sur, au Courrier des poètes (Bruxelles) ; publie un article dans La Revue de Philosophie : “A propos du livre de Léon Chestov : Kierkegaard et la philosophie existentielle”.
    Collaboration suivie à la revue Le Rouge et le Noir (Bruxelles) : 7 articles ( rubrique intitulée “La philosophie vivante”) et un fragment de Titanic.

    Novembre : mort de Léon Chestov.
    Publie son premier article dans La Revue philosophique : “Léon Chestov et la lutte contre les évidences”. Continue à collaborer aux Cahiers du Sud et à Sur. Collabore à d’autres revues e.a Cahiers blancs (Bruxelles) et Messages.
    Obtient la nationalité française (souscription organisée par Ballard et les Cahiers du Sud).

    1939 : Confie à Victoria Ocampo un exemplaire du manuscrit des Rencontres avec Chestov.
    Cahiers du Sud
     : ses chroniques sont publiées sous la rubrique : “La philosophie vivante”. Participe au débat créé autour du texte de J. Bénet : “Avec des cartes truquées” :“L’homme devant l’Histoire ou le bruit et la fureur”.

    1940 : Mobilisé (216 ème régiment d’infanterie à Sainte-Assise, près de Fontainebleau). Fait prisonnier il s’évade. Repris, il est libéré pour des raisons de santé ; opéré d’appendicite, il est hospitalisé au Val de Grâce fin septembre.
    Publications dans les Cahiers du Sud (cahier consacré à la pensée hindoue : “Au seuil de l’Inde”) ; dans La Revue philosophique(“Lévy-Brühl et la métaphysique de la connaissance”) dans Fontaine, dans Sur.

    1942 : Collabore à Messages, la revue de Jean Lescure, où il publie des fragments de la deuxième version d’Ulysse.
    Fréquente Lescure, Lupasco, Cioran, assiste à certains cours de Bachelard en Sorbonne.

    1943 : Publie un fragment de son Baudelaire dans les Cahiers du Sud, un autre fragment dans Domaine français, publication de Lescure et Lachenal.
    Chroniques sur Jules de Gaultier et sur Lupasco dans les Cahiers du Sud.
    Travaille à son poème : Le mal des fantômes(dont le titre sera choisi pour désigner l’œuvre poétique toute entière)et à L’Exode.

    1944 : Son dernier texte philosophique : “Le Lundi existentiel et le Dimanche de l’Histoire” est remis aux éditions Gallimard qui le publieront en 1945 dans L’Existence, volume dirigé par Jean Grenier.

    Le 7 mars, il est arrêté par la police française, en même temps que sa sœur Line. Ils sont internés à Drancy avant d’être déportés à Auschwitz le 30 mai (l’avant-dernier convoi de Drancy No75).

    Le 2 ou le 3 octobre, Fondane est assassiné dans la chambre à gaz d’Auschwitz-Birkenau.
    Cahiers du Sud : un article sur Bachelard, des fragments du “Mal des fantômes”.
    Sous le pseudonyme d’Isaac Laquedem, son poème “Journées de juin” paraît dans L’Honneur des poètes.
    Dans Poésie 44  : “Au temps du poème”.

    B. Fundoianu - "Charme Dangereux"

    Ah, cartile cu pagini înflorite
    De palide si stranii acuarele,
    Cu panglici delicioase, serpuite,
    Pe foile-nnegrite si rebele.
    Ah, cartile ce-n inima-ti patrund
    Cu nostalgia zarilor fugare,
    Cu nostalgia zarilor ce-ascund
    Tulburatoare tarmuri solitare.

    Departe — sters — în zarile din Sud
    În Neapole ori poate în Firentze ;
    O veranda cu flori, — un Phoebus nud
    Si pomii ce se-nclin cu reverente.
    Un cer de-azur bronzat, un aur fin,
    Pudrând prin largi boschete portocalii
    Si marea care râde în senin,
    Pe coastele romanticei Italii.

    Ah, viata noua, plina de tumult,
    Cu palpitari continue de seve.
    Ah, viata care-mi pare c-o ascult,
    Desi-nteleg si stiu ca nu-i aeve ;
    Ah, viata însorita ce-o traim
    Pe cartile nostalgice si sfinte.
    Ce-nchid în ele — sombru tintirim —
    Iluziile-n foi — ca în morminte.

    Din Periodice




    [Ajouter ce site à vos favoris]- [Moldovanet, votre page de démarrage]- [Accueil]- [Mentions légales]- [Plan] - [Home] -
    Copyright © 2004-2007 Moldovanet. All rights reserved.