• ACTUALITES MOLDAVIE
  • CULTURE moldavie
  • E-Cartes Postales
  • ECONOMIE moldavie
  • HISTOIRE moldavie
  • INFOS PRATIQUES
  • LIBRAIRIE
  • MOLDAVIE GEO
  • TOURISME moldavie
  • ULTIMELE STIRI
  • VENIR EN FRANCE
  • VIE ASSOCIATIONS
  • WeekEnd cu Tine

  • Google
    ACCUEIL > CULTURE moldavie > ARTS POPULAIRES > Broderie Ala Rusu

    Broderie Ala Rusu



    Renaissance du point de nœud .. dans la broderie en Moldavie.

    Lorsque l’on fait la rencontre avec une personne passionnée qui fait son métier avec toute son âme, on se sent soi-même renaitre. La broderie est un art ancien, un peu oublié de nos jours, car elle demande beaucoup d’acharnement et de persévérance. C’est un art de la patience bien éloigné de notre vie actuelle. Ala Rusu, est donc brodeuse, depuis qu’elle a pris sa retraite ; plus exactement c’est une artiste qui s’exprime avec la broderie. Ses tableaux revisitent le folklore Moldave. Elle retrace les paysages de la Moldavie, la Moldavie de la campagne.

    Ala Rusu brode directement ses tableaux, de manière spontanée, sans dessin préliminaire. Elle utilise une technique propre, mélangeant diverses techniques de points, comme la peinture à l’aiguille et le point de nœud .

    Ci-dessous les oeuvres d’Ala Rusu :

    La broderie est un art de décoration des tissus qui consiste à ajouter sur un tissu un motif plat ou en relief fait de fils. On peut la diviser en trois grandes classes : Manuelle : à l’aiguille ou au crochet ; Semi-mécanique : à la machine ; Mécanique : industrielle.

    Techniques Le point de croix

    Très répandu dans le monde entier, point en forme de « X », brodé d’après un modèle en point compté, ou sur une toile pré-imprimée.

    Il existe deux méthodes :

    * la traditionnelle où chaque croix est formé l’une après l’autre : xxx xx xxxx par exemple. * la danoise où l’on brode d’abord les demi-points du dessous à l’aller et les demi-points du dessus au retour pour former les croix : /// // //// à l’aller puis \\\\ \\ \\\ au retour, ce qui donne le même résultat : xxx xx xxxx.

    L’essentiel est que tous les points se fassent dans le même sens. Dans un même ouvrage, les deux techniques peuvent être mélangées : la manière danoise pour les séries de point en ligne, la manière traditionnelle pour les points isolés. Le point de croix isolé est utilisé pour réaliser des points uniques - le premier point est terminé avant d’entamer le point suivant. Le demi-point de croix s’exécute de gauche à droite de la même manière que le premier temps du point de croix en points lancés obliques montants de gauche à droite, en utilisant plutôt un gros fil pour remplir la surface.

    Le point lancé

    Il s’agit du point de base dont découlent de nombreux autres points de broderie. Pour former un point lancé, il suffit de sortir l’aiguille du tissu et de la repiquer à nouveau à la longueur désirée du point. Les points sont faits en semis pour un léger remplissage ou disposés d’une façon plus précise pour former une fleur. Les points lancés travaillés très serrés composent les différentes variantes du passé plat et d’autres points de remplissage à surface lisse.

    Le point de tige

    Aussi appelé point coulé, c’est un point de ligne à effet torsadé qui convient bien au remplissage de surfaces lorsqu’il est brodé en lignes parallèles. Le point de tige s’exécute contre le sens de la torsion du fil et de gauche à droite en sortant et repiquant l’aiguille exactement sur le tracé. Repiquez à mi-longueur du point (en maintenant le fil vers le bas) puis serrez en tirant le fil vers le gauche. Chaque point dépasse donc le précédent d’une demi-longueur.

    Le point de chaînette

    Utilisé pour marquer une ligne ou remplir une surface, le point de chaînette séduit par son relief. Il était traditionnellement utilisé dans la broderie sur blanc pour le bourrage des feston. Chaque chaînon est formé à partir du précédent et avec le fil disposé en boucle au moment du serrage.Ce point peut être fait à l’aiguille ou au crochet : il porte alors le nom de point de Beauvais.

    Le point avant constitue un point de base en broderie. Il s’exécute de droite à gauche ; l’aiguille traverse le tissu, passe dessous, puis repasse sur le dessus du tissu à intervalles réguliers. Le point arrière s’exécute de droite à gauche. Sortir le fil, piquer en arrière au même niveau puis ressortir l’aiguille. Le point passant sous le tissu fait 3 fois la longueur entre la première sortie et la première piqûre. C’est un point traditionnel de couture. Le passé plat est un point lancé qui recouvre le dessin d’une succession de points régulièrement couchés à plat les uns à côté des autres.

    Le point de bourdon est un point de devant, sur lequel on réalise un point lancé qui doit rester parallèle et vertical. Le point de cordonnet est semblable au point de bourdon. Il est réalisé avec un point lancé régulier. On commence par faire un point de devant qui forme le " bourrage ", sur lequel on pique l’aiguille à ras des points, puis on serre les points verticaux de manière à dissimuler entièrement le rang de base. Le point de feston s’exécute de gauche à droite et s’utilise surtout pour broder la lisière du tissu. Sortir le fil, repiquer l’aiguille et la ressortir en maintenant le fil sous la pointe de l’aiguille. Le point de sable est un point arrière plus ou moins espacé selon les besoins du motif à broder

    Le point devant

    C’est un point très simple dont la réussite dépend de sa régularité. Il s’agit de sortir l’aiguille du tissu et la repiquer à intervalles réguliers. Bien alignés, en ligne droite ou en courbe, avec des points et des espaces entre les points trés régulier, c’est un point bien décoratif.

    Le point de noeud Le point de noeud permet d’obtenir de petits pois en relief, il est donc très utile pour broder par exemple le coeur des fleurs, les yeux et tous petits détails. Le fil sort de la toile, prenez-le avec votre main gauche et enroulez-le autour de l’aiguille (un tour pour un petit noeud, deux tours pour un noeud plus gros). Sans lâcher le fil, repiquez votre aiguille à côté du point de sortie, tendez-le doucement et passez l’aiguille à travers le tissu. Il est indispensable de bien tendre son fil à la base de l’aiguille avant de le faire passer dans la toile sous peine d’avoir un gros noeud informe ! Le point de noeud ne se refait pas : s’il est raté, la solution est de la faire passer sur l’envers. Pour le noeud double, piquez l’aiguille au plus près du point de sortie et tournez le fil deux fois sur la pointe de l’aiguille. Tirez le noeud sous le pouce et piquez l’aiguille dans le tissu devant le noeud.

    Le point de chausson

    Le point de chausson forme un motif en zig- zag et se brode de gauche à droite en ligne droite. Sortez l’aiguille sur le tracé du bas et repiquez la dans le haut pour effectuer de droite à gauche, sur l’envers du tissu, un petit point droit. Exécutez un autre petit point droit sur le tacé du bas en conservanr un écartement régulier, puis poursuivez...

    La peinture à l’aiguille

    Exemple de point empiétant La broderie au passé empiétant imite la peinture à l’aquarelle (Chine, Europe). Cette technique de broderie originaire de l’extrême-orient a pour but de reproduire des sujets - essentiellement botaniques et animaliers, voire mythologiques — avec la plus grande précision ; pour y parvenir, les brodeuses et brodeurs ont recours à la technique du fil unique. L’utilisation d’un seul brin, très souvent de soie, implique une charge de travail nettement supérieure. Les variantes de techniques sont nombreuses mais l’une des plus spectaculaires reste sans doute la broderie « double face » toujours exécutée en Chine. Aujourd’hui, elle compte plusieurs variétés : la broderie sur un seul côté, la broderie présentant de chaque côté les mêmes dessins et couleurs, la broderie aux dessins et couleurs différentes des deux côtés... La broderie Xiang, un des plus célèbres artisanats de la province du Hunan, figure parmi les quatre fameuses écoles de cet art artisanal en Chine, avec l’école de Su (Suzhou, province du Jiangsu), celle de Yue (province du Guangdong) et celle de Shu (province du Sichuan). Cette forme de la peinture à l’aiguille implique que les deux faces soient strictement identiques d’où un travail totalement réversible. Toute la subtilité tient à l’art de cacher les points de départ et autres nœuds qui en temps normal sont toujours plus ou moins visibles à l’arrière de l’ouvrage. En occident la peinture à l’aiguille connaît un regain d’intérêt significatif auprès du grand public.



    D I A P O R A M A : diaporama

    Catégorie ARTS POPULAIRES.

    Cliquez sur une photo pour lancer le diaporama


    [Ajouter ce site à vos favoris]- [Moldovanet, votre page de démarrage]- [Accueil]- [Mentions légales]- [Plan] - [Home] -
    Copyright © 2004-2007 Moldovanet. All rights reserved.